Messe solennelle de Berlioz

Chez Alpha Classics
Coproduction AIDA-Festival Berlioz, Le Concert Spirituel, Outhere Music France
Enregsitré en juin 2019 à la Chapelle royal du Château de Versailles
dans le cadre de la saison de Château de Versailles Spectacles

Programme coproduit par Bru Zane France, AIDA-Festival Berlioz, Le Concert Spirituel

Sortie le 8 novembre 2019

Lien d'achat
Lien de téléchargement

Composée en 1824 par un Hector Berlioz âgé de 21 ans et créée à Saint-Roch en 1825, la Messe solennelle nous est parvenue à l’issue d’une histoire tourmentée.

 Avec 
Adriana Gonzalez
Julien Behr
Andreas Wolf

Choeur et orchestre du Concert Spirituel
Direction, Hervé Niquet

Après que Berlioz aura déclaré avoir détruit la partition, la messe sera considérée comme perdue jusqu’à sa redécouverte en 1992 à Anvers. Cette page remarquable permet tout à la fois d’apprécier l’évolution du style de Berlioz – déjà révolutionnaire en ses jeunes années – et de comprendre ce que l’artiste doit à ses contemporains, notamment Cherubini dont Hervé Niquet a gravé le monumental Requiem (Alpha 251)… Écrite pour trois solistes (soprano, ténor et basse), choeur et orchestre, cette partition comporte 13 mouvements, dont plusieurs seront réutilisés par le compositeur dauphinois par la suite, comme la « Scène aux champs » de la Symphonie fantastique, citation du Gratias. À l’occasion du 150e anniversaire de la mort de Berlioz, Hervé Niquet, fasciné par cette oeuvre – « Rien de la dramaturgie et de l’écriture des voix ne lui est étranger. À 20 ans ! » – a décidé de la programmer (concerts au Festival Berlioz - La Côte Saint-André, au Festival de Radio France Occitanie Montpellier et prochainement au BOZAR de Bruxelles) et de l’enregistrer à la Chapelle royale du Château de Versailles.

"C’est assez déprimant d’apprendre que le chef-d’œuvre sur lequel vous travailler depuis des années a été composé par un jeune homme de 20 ans n’ayant pas encore reçu la moindre leçon de composition ou d’orchestration. Ce diable d’homme savait tout avant d’avoir appris. Il s’est ennuyé auprès de ses professeurs. Et pourtant cette messe recèle toute la personnalité de Berlioz : le son unique, le lyrisme hystérique, les idées neuves, les trouvailles rythmiques et harmoniques, l’assaut incessant des vagues telluriques, la douceur inouïe de tutti ravageurs. Lui seul est capable de combiner tout cela dans un fatras invraisemblable complètement addictif.


Bref le génie à l’état pur n’ayant rien appris de personne mais ayant tout reçu de la nature grâce à son sens de l’observation et un acharnement à concrétiser les intuitions qu’il avait sur l’incidence de la musique sur la physiologie de ses contemporains."

Hervé Niquet

Berlioz au Festival Radio France Occitanie Montpellier
Berlioz au Festival Berlioz - Côte Saint-André