• Hervé Niquet © Eric Manas
    Hervé Niquet © Eric Manas
  • Mozart à Salzbourg copyright Festival des Lumières
    Mozart à Salzbourg copyright Festival des Lumières
  • Mozart à Salzbourg
    Mozart à Salzbourg
  • Mozart à Salzbourg
    Mozart à Salzbourg

Dimanche 23 août 2020, 19h30 et 21h30 (programme modifié)
Basilique Saint-Sauveur de Rocamadour
Festival de Rocamadour

Mardi 8 septembre 2020, 19h, puis 20h et 21h (3 concerts de 30 min)
Cour de l'Hôtel de Guénégaud, 60 rue des Archives Paris 75003
Accès gratuit et accessible à tous
Dans le cadre de l'opération "Un été particulier" soutenu par la Ville de Paris et le dispositif "L'été culturel en Île-de-France" de la DRAC IDF

REPORT - Dimanche 28 mars 2021, 16h
Opéra de Massy

Samedi 5 juin 2021, 20h
Opéra de Massy

Programme du concert

Wolfgang Amadeus Mozart
Messe brève en Fa Majeur Kv. 192
Messe brève en Ré Majeur Kv. 194
Sonate d'église en Do Majeur Kv. 328
Sonate d’église en La Majeur Kv. 225
Ave verum KV 618

Joseph Haydn
Offertorium « Non nobis Domine »
Alleluia, ext. de « O coelitum beati », motet
Concerto pour orgue (2nd mouvement Adagio)
Te Deum n°1 en Do Majeur

Michael Haydn
« Sub tuum praesidium » MH 654 en Do Majeur
Ave verum en Fa Majeur

1h30 avec un entracte

*Création lumière - direction artistique Pauline Jolly, conception et réalisation Jessica Hénot

Messes brèves de Mozart et oeuvres des frères Haydn

Quoi de plus subtil que de laisser la musique transmettre, sans mots, les idées du texte divin ?
Le programme de ce concert nous invite à expérimenter ce questionnement, les Messes brèves KV 192 et KV 194 de Mozart, adoptant chacune une position différente. Le Te Deum n°1 en do majeur de Haydn et surtout l’Ave verum KV 618 de Mozart cherchent  la synthèse. Ils répondent en cela à l’idéal d’équilibre considéré comme indispensable à la beauté par la société du XVIIIe siècle. Dépouillées de la dispersion qu’engendre l’illustration d’un texte mais aussi d’un trop grand développement instrumental, ces deux pièces offrent un caractère épuré. L’expression ramenée à l’essentielle touche alors au plus intime.

« La brièveté de ces messes salzbourgeoises, due probablement à un officiant préférant la rapidité des offices à la pompe lourde et sans fin des grandes messes, nous permet d'en jouer deux dans la même soirée. Y adjoindre prélude, graduel, offertoire et motet de communion sera  un jeu d'enfant et une gourmandise de chercheur en piochant dans les ouvrages des frères Haydn, Michael et Joseph. Aucun de nos auteurs ne tire la couverture à lui, tous trois étant concentrés à servir de leur mieux et avec tout leur art le service divin ! Quelques minutes de bonheur grâce à un évêque pressé, c'est le paradis, non ? »
Hervé Niquet

Ave Verum de Mozart (Festival de Souvigny)
Concert au Festival de Rocamadour