• Hervé Niquet © Eric Manas
    Hervé Niquet © Eric Manas

Lundi 6 août 2018, 21h30
Cathédrale Notre-Dame des Pommiers de Sisteron
Nuits de la Citadelle de Sisteron

Vendredi 24 août 2018, 21h
Espace Gartempe de Montmorillon
Festival des Lumières de Montmorillon

Dimanche 30 septembre 2018, 17h
Eglise Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Souvigny
Journées musicales d'automne de Souvigny

Samedi 6 octobre 2018, 19h30
Eglise Saint-Denis de Sézanne
Festival de musique baroque de Sézanne

Programme du concert

Wolfgang Amadeus Mozart
Messe brève en Fa Majeur Kv. 192
Messe brève en Ré Majeur Kv. 194
Sonate d'église en Do Majeur Kv. 328
Sonate d’église en La Majeur Kv. 225
Ave verum KV 618

Joseph Haydn
Offertorium « Non nobis Domine »
Alleluia, ext. de « O coelitum beati », motet
Concerto pour orgue (2nd mouvement Adagio)
Te Deum n°1 en Do Majeur

Michael Haydn
« Sub tuum praesidium » MH 654 en Do Majeur
Ave verum en Fa Majeur

1h30 avec un entracte

Messes brèves de Mozart et oeuvres des frères Haydn

Quoi de plus subtil que de laisser la musique transmettre, sans mots, les idées du texte divin ?
Le programme de ce concert nous invite à expérimenter ce questionnement, les Messes brèves KV 192 et KV 194 de Mozart, adoptant chacune une position différente. Le Te Deum n°1 en do majeur de Haydn et surtout l’Ave verum KV 618 de Mozart cherchent  la synthèse. Ils répondent en cela à l’idéal d’équilibre considéré comme indispensable à la beauté par la société du XVIIIe siècle. Dépouillées de la dispersion qu’engendre l’illustration d’un texte mais aussi d’un trop grand développement instrumental, ces deux pièces offrent un caractère épuré. L’expression ramenée à l’essentielle touche alors au plus intime.

« La brièveté de ces messes salzbourgeoises, due probablement à un officiant préférant la rapidité des offices à la pompe lourde et sans fin des grandes messes, nous permet d'en jouer deux dans la même soirée. Y adjoindre prélude, graduel, offertoire et motet de communion sera  un jeu d'enfant et une gourmandise de chercheur en piochant dans les ouvrages des frères Haydn, Michael et Joseph. Aucun de nos auteurs ne tire la couverture à lui, tous trois étant concentrés à servir de leur mieux et avec tout leur art le service divin ! Quelques minutes de bonheur grâce à un évêque pressé, c'est le paradis, non ? »
Hervé Niquet